Rami Baitiéh : l'homme derrière le CEO

Découvrez les confidences de l'ancien CEO de Carrefour. Il a abordé avec nous l'importance de l'équilibre entre vie professionnelle et personnelle ainsi que sa fascination pour des cultures d'entreprise comme celles d'Apple et Netflix.

Leaders
Leaders
Rami Baitiéh : l'homme derrière le CEO
Date
2/7/24
Lecture
4 min
Partager

Après une carrière impressionnante chez Carrefour, Rami Baitiéh a découvert l'importance de l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Il nous parle de ses nouvelles activités, de la valeur de la planification et de la nécessité de se ressourcer. Avec sincérité et humilité, il nous dévoile ses astuces de productivité, ses inspirations managériales et ses réflexions profondes sur le leadership. Plongez avec nous dans cette conversation intime et inspirante, et découvrez l'homme derrière le leader.

Quelle est la chose dont tu es le plus fier aujourd'hui ?

L'École des leaders.

Est-ce que tu as été amené à faire des choses que tu n'imaginais pas ou ne pouvait pas faire avant ? Et si oui, ça ressemble à quoi ?

Je n'ai pas plus de temps qu'avant, parce que je suis quelqu'un qui priorise et qui planifie sa journée, donc j'essaie toujours de la remplir. Je ne sais pas bronzer pendant 4h et ne rien faire, ça n'est pas mon truc.  

Mais récemment, j'ai eu le temps de faire des choses que je ne faisais pas avant.  

Mon fils m'a dit qu’il devait aller chez le médecin pour une consultation, et j’ai pu l’y emmener. En arrivant chez le médecin, je me rends dans son bureau avec mon fils qui me stoppe net : ce n’est plus un enfant, donc il peut y aller seul.  

Pour moi, c'est avec ce type d'expériences du quotidien que j’aime remplir mes journées en ce moment. Je peux dire que cette coupure de Carrefour était nécessaire et un moment de bonheur, parce que pendant cette période, je fais des rencontres, je réfléchis,je me repose, je lis...

Moi, j’appréhendais cette période, parce que la valeur du travail pour moi est extrêmement importante. Mais parfois, une certaine prise de recul n’est pas de refus et si  c'était à refaire, je le referais.

L'équilibre vie perso/vie pro, quand on a le genre de carrière que tu as, c'est une réalité ou c'est plutôt de l'ordre du rêve ?

C'est quelque chose qu'il faut travailler et obtenir. Si tu demandes maintenant à mes enfants, ils vont dire que c'est équilibré. Mais si on compare avec d'autres contextes ou familles, tu n'auras peut-être pas la même réponse.

En tout cas, ce n'est jamais assez. C’est ce que je me dis. Je suis dans la remise en question permanente. Maintenant, j'essaie de faire au mieux et j'essaie de couper, de prendre toutes mes vacances.  

Il y a peu, je suis parti avec mon fils une semaine en vacances en tête-à-tête et ça nous a fait un bien fou. On en avait besoin. Je pense que je n’ai pas encore atteint l'équilibre parfait, mais c'est quelque chose que je veux viser tous les jours.

On a le même agenda et le même nombre d'heures dans une journée, mais on ne les remplit pas de la même manière. Quel est ton secret ?

Je pars du principe que je ne pourrai pas tout faire rentrer ! Il faut faire des choix. Il faut toujours chercher à améliorer sa productivité. Quand je commence ma journée le matin, je commence par ce qui est urgent, important et simple et je dépriorise ce qui ne l’est pas.  

Est-ce qu'il y a une société qui t'inspire particulièrement dans son approche managériale ?

J'ai été formé au Canada, aux États-Uni et en Suisse, donc j'ai eu cette chance de pouvoir comparer les cultures entre elles.

Chaque société a sa propre culture et son ADN. Mais si j’ai bien appris une chose, c’est qu’il est important de faire évoluer la culture, mais il ne faut pas surtout pas essayer de changer l'ADN au risque de perdre la quintessence de l’entreprise.

Par exemple, je suis fasciné par la culture que Steve Jobs a apporté sur la créativité chez Apple avec la notion de customer orientation, ou le concept de Netflix no-rules rule.  

Ce que j'essaie de faire, c'est de prendre le meilleur de chacune de ces cultures et de l’intégrer sans changer l'ADN de mon entreprise.

DERNIERS ARTICLES

VOIR TOUT
Aurélien de Meaux (Electra) : “Construire un business solide en trois ans, c'est une illusion”

Dans cette interview exclusive, Aurélien de Meaux, CEO d'Electra, dévoile les ambitions et les défis de son entreprise, pionnière dans l'infrastructure de recharge pour véhicules électriques. Entre stratégie industrielle et vision à long terme, découvrez comment Electra compte transformer le paysage de la mobilité électrique.

Olivier Ramel (Kymono) : "J'aime arriver dans une industrie et casser les codes"

Kymono, fondé en 2017 par Olivier Ramel, est une entreprise innovante combinant esthétique, design et management pour créer une culture unique à la française. Olivier est un caméléon entrepreneurial, excellant dans l'observation et l'adaptation et toujours curieux et attentif. Son mindset de CEO lui permet de surmonter l'incertitude avec confiance. L'organisation solide de Kymono et l'influence personnelle d'Olivier sont clés à son succès, faisant de l'entreprise un modèle d'alliance entre passion et structure.

Parole de pousse : Purse

Rami Salem, Managing Director de Purse, partage son parcours professionnel, ses motivations pour créer Purse et les défis et réussites de cette fintech innovante. De ses débuts chez Société Générale au Liban à la fondation de Purse, Rami a su transformer l’expérience de paiement en apportant des solutions adaptées aux commerçants et aux consommateurs. Découvrez ses réflexions sur l'évolution du secteur fintech et les stratégies qui ont mené Purse à son succès actuel.