Emna Everard (Kazidomi): « Ce n’est pas grave, si tu te plantes »

Dans cet article, nous prenons un coup d’œil à une série de questions avec notre dernière invitée, Emna Everard, CEO et co-fondatrice de Kazidomi, le supermarché en ligne de produits durables et responsables. Découvrez la personnalité d’une entrepreneuse qui n’a peur de rien ! 

Quelle est ta plus grande fierté jusqu’ici dans ta vie ? 

C’est mon équipe. C’est quelque chose qui me drive beaucoup, de voir que mon équipe est motivée, heureuse et que les gens aiment ce qu’ils font.  

Est-ce qu’il y a un truc essentiel que tu as appris depuis que tu t’es lancé Kazidomi ? 

La résilience. En tant qu’entrepreneur, il faut être très résilient et patient. 

Est-ce qu’il y a une boîte qui t’inspire particulièrement, que ce soit dans son exécution, dans son innovation ou dans sa communication ? 

Pour leurs valeurs, je peux citer Explora Project qui organise des voyages durables. Il y a aussi Team for the Planet. Dans l’entrepreneuriat d’aujourd’hui, je trouve qu’il y a beaucoup de boîtes qui prennent en considération ces aspects de sustainability

Est-ce qu’il y a des outils ou des apps au quotidien qui t’aident à être plus productive ?  

Nous utilisons la suite Microsoft. C’est un peu traditionnel comme réponse, mais ils ont plein d’outils qui sont géniaux : pour faire des to-do, toute l’interface mail, le calendrier, donc c’est super pratique. Il y a Notion aussi, j’en suis une énorme fan pour ce qui est documentation, process, et cetera. Au sein de l’entreprise, on utilise Slack pour ce qui est communication. Je suis une grande fan d’app ! 

Est-ce qu’il y en a une que tu recommandes à tout le monde d’avoir ? 

Je ne vais pas être 100 % objectif, mais c’est l’application Kazidomi !  

Est-ce qu’il y en a un entrepreneur que tu as pu croiser dans le monde de l’innovation ou de la tech que tu me recommanderais d’avoir à ce micro ? 

Le fondateur de Cowboy, Tanguy Goretti. Ils ont réussi à créer une marque incroyable et un produit vraiment canon. 

Un conseil qu’on t’a donné jusqu’ici qui s’est avéré utile ? 

Cash is king. C’est un conseil de mon oncle qui m’a toujours dit fais gaffe à ton cash, dépense intelligemment et c’est vrai. Aujourd’hui, beaucoup d’entreprises se plantent parce qu’elles n’ont pas eu une bonne gestion de leur cash. 

Quelle est la musique du moment que tu pourras écouter en boucle ? 

Écoute, j’ai été récemment voir le concert de Tones and I. Et ça fait une semaine que j’écoute en boucle toutes ses chansons. Elle a une voix incroyable.  

Est-ce qu’il y a un truc que les gens seraient surpris d’apprendre sur toi ? 

Je n’aime pas les contraintes, donc je suis souvent en retard, parce que quand je suis dans ma bulle, je pars dans mon truc, que ce soit en bossant ou en faisant du sport. Je suis vraiment quelqu’un qui a cette capacité de se mettre dans sa bulle, d’oublier tout le reste. Et quand on me dérange dans ma bulle, c’est parfois frustrant. C’est de la passion, pas de la désorganisation. 

Est-ce qu’il y a une habitude que tu essayes de prendre ou d’arrêter en ce moment ? 

J’ai arrêté le café il y a un petit temps déjà maintenant. C’était une mauvaise habitude que j’avais, j’en buvais beaucoup trop. Je suis assez organisée de manière générale, donc je pense que je ne me débrouille pas trop mal.  

Est-ce qu’il y a un bouquin dans tout ce que tu as pu lire que tu recommanderais ? 

Il y en a même deux que j’ai franchement adoré, qui m’ont beaucoup appris sur le côté pro. The One Minute Manager, qui est un tout petit bouquin, qui t’apprend vraiment de manière très concise à être un bon manager. Il te donne vraiment les clés en main pour pouvoir bien gérer tes équipes et adapter ton management en fonction de la personne en face de toi. Il n’y a pas un type de management, mais il y en a plusieurs et tu ne vas pas manager tout le monde de la même manière, sinon il y aura des problèmes.  

L’autre livre que je recommande, c’est Delivering Happiness, de Tony Hsieh qui est le fondateur de Zappos, un peu l’équivalent de Zalando aux US, qui m’a donné en fait cette envie de création de communauté et de mise du consommateur au centre des préoccupations de Kazidomi. En fait, c’est un bouquin qui m’a réellement insufflé beaucoup de chouettes valeurs que j’essaye après de transmettre dans la boîte. 

Si tu devais donner un conseil à quelqu’un qui veut avoir ton parcours, ce serait lequel ? 

Je dirais qu’il faut oser. Moi, j’y ai été un peu au culot. J’avais zéro expérience en commerce, ni en entrepreneuriat, ni en retail, ni en management. Je pense que si à un moment, je ne m’étais pas dit « ok, go, je fonce », je n’y serais jamais arrivée. Aujourd’hui, j’entends encore beaucoup de personnes wannabe entrepreneur, mais qui n’osent pas, parce qu’ils ne savent pas faire certaines choses. Mais quand tu es entrepreneur, tu mets les mains dans le cambouis, tu trouves des manières de réussir à parvenir à tes fins. Mais si tu n’oses pas au début, ça va être compliqué.  

Moi, je suis une fervente défenseuse du « ce n’est pas grave, si tu te plantes » et je sais que ce n’est pas encore très fort dans la culture européenne, française ou belge. Les entrepreneurs les plus successful que je connais aujourd’hui, ce sont des personnes qui se sont trompées plein de fois. Moi, je me suis trompé plein de fois et c’est comme ça que j’ai mieux fait la fois d’après. Il y a très peu de gens qui réussissent dès la première fois. Leur premier va d’ailleurs très bien. Petite anecdote :  j’avais rencontré plusieurs fois des VC à Londres, et systématiquement, une des premières questions qu’ils me posaient c’était « est-ce que t’as déjà lancé une boîte avant ? ». Et je voyais bien que quand je disais non, ça les refroidissait un peu. Parce qu’ils auraient bien aimé que ce soit le cas. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.